Nos âmes jumelles

Publié le par lpakerette

Nos âmes jumelles

De Samantha Bailly; Jeunesse Contemporaine.

Je n'avais absolument pas lu le sinopsys de ce livre et ne savait donc pas à quoi m'attendre. Le genre jeunesse me guidait un peu, bien sûr, et la couverture m'informait alors que le sujet portait sur 2 adolescentes.

Je n'ai pas été déçue par ma lecture. Je fus agréablement surprise par la plume de Samantha Bailly. J'ai lu le livre en une soirée tant tout est fluide. Chaque chapitre fait référence à l'une ou l'autre des protagonistes, ici Lou et Sonia. Il est donc facile d'enchainer les chapitres qui sont assez courts et qui représentent un mois de la vie de chacune d'entre elles. Ce système de narration me va. Il suit une logique qui nous entraine indéniablement dans l'histoire.

Je n'ai pas trouvé le livre trop centré sur les questions existentielles des adolescents en règle générale. Même si il y en a un peu, elles restent vraiment raisonnables. C'est ce qui m'a fait aimé ce livre. Les sujets abordés sont d'actualités: la passion des adolescents qui peut devenir partie intégrante de leur vie et les diriger vers une orientation scolaire en adéquation.

J'ai trouvé judicieux de donner une attitude positive à Sonia et Lou. Cela rend le roman dynamique, sympathique et enrichissant. Et puis, une amitié sincère et constructive s'installe par le biais des réseaux sociaux ce qui nous montre aussi un trait positif à cette nouvelle technologie. Internet peut aussi nous apporter de bonnes choses quand la passion nous anime.

Ma lecture a donc été agréable et je vais me pencher sur les autres romans de cet auteur à l'avenir.

Résumé: Sonia a décidé de se lancer sur un forum associatif afin d'y présenter un de ses récits. En effet, elle souhaite devenir écrivain et son genre est plutôt la fantaisie. Elle y rencontre Lou qui est animé par la même passion mais dirigé vers le dessin. Elles vont décidées de s'associer afin de créer un fanzine. Cette collaboration va faire naitre une amitié sincère et enrichissante.

Note: 16/20

Publié dans Samantha Bailly

Commenter cet article