Horrorstör

Publié le par lpakerette

Horrorstör

De Grady Hendrix. Policier. Horreur.

Voici un livre très étrange. Déjà la couverture n'est pas commune. La maison d'édition a vraiment fait preuve d'originalité. Nous ne pouvons que penser à la célèbre enseigne qu'est Ikea. Et puis, le contenu est déroutant.

Je ne m'attendais pas à la lecture que j'ai pu faire. Je pensais bien qu j'endurerais des événements étranges mais pas que ceux arrivent à une tournure aussi glauque. J'ai eu du mal à m'accrocher aux personnages proposés, à leurs mésaventures. Je n'ai pas réussi à trouver une réalité à tout cela. C'était tellement noir, tellement sales, tellement sans dessus-dessous. Clairement ce n'est pas un genre qui me correspond. Ce n'est même pas la frayeur du récit qui m'a choqué mais plutôt l'aspect répugnant. Je garde en mémoire le passage avec les rats. Berk!

Par contre, pour avoir travaillé moi même chez Ikea, j'ai trouvé que la description du magasin était vraiment conforme. Je m'imaginais complètement au milieu des rayons et des produits. L'idée de créer une ambiance particulière dans ce contexte était vraiment une bonne combine. Qui n'a jamais songé passer une nuit au sein des ambiances proposées.

Donc je reste perplexe. Peut être devrais-je essayer à nouveau un roman catégorisé dans l'horreur mais où l'horreur prendrait une place importante à ne plus pouvoir en dormir. Je ne suis pas sûre de me laisser tenter.

Synopsis: Il se passe quelque chose d'étrange au magasin de meubles d'Orsk à Cleveland, en Ohio. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin, des étagères Kjërring démontées, des piles de gobelets Glans renversées, des armoires Liripip fracassées. Les ventes sont en berne, les responsables de rayon en panique : les caméras de surveillance ne montrent rien d'anormal. Pour lever le mystère, une équipe de trois employés se retrouve engagée pour rester sur place toute une nuit. Au coeur de l'obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d'inquiétants bruits et finiront par se confronter aux pires horreurs.

Note: 13/20

Publié dans Grady Hendrix

Commenter cet article