A nous

Publié le par lpakerette

Ecrit par Elin Hilderbrand

Editions: JC Lattès

Genre: Contemporain

Prix: 22€

408 pages

Synopsis:  Trois rivales.
Une même maison.
La porte ouverte à toutes les jalousies...
Laurel Thorpe, Belinda Rowe et Scarlett Oliver n'ont que deux choses en commun : l'amour pour un homme qu'elles ont toutes les trois épousé, Deacon Thorpe (un chef célèbre doté d'un appétit insatiable pour la vie) et la profonde antipathie qu'elles se témoignent mutuellement. Trois femmes uniques et indépendantes, mais radicalement différentes. Laurel : la première petite amie de Deacon, rencontrée au lycée, une assistante sociale à la beauté naturelle. Belinda : une actrice hollywoodienne capricieuse et difficile à vivre. Scarlett : une beauté du sud vivant des rentes de sa famille et de son sex appeal. Au fil des années, elles ont adopté la meilleure stratégie qui soit : s'éviter à tout prix.
Mais cet équilibre fragile menace de s'effondrer quand Deacon trouve la mort dans son endroit préféré au monde : une vétuste villa de vacances de Nantucket. Le dernier souhait de Deacon est que sa famille recomposée se réunisse sur son île adorée pour lui faire ses adieux. À contrec coeur, Laurel, Belinda et Scarlett acceptent. Et les voilà contraintes de partager le même toit avec les enfants de Deacon et son meilleur ami, dans cette villa où chacune a ses souvenirs.
Avant la fin du weekend, il y aura suffisamment d'accusations, de mensonges, de larmes et de drames pour transformer ces trois femmes qui ont épousé le même homme en ennemies jurées. Alors que les membres de cette famille improbable font leurs adieux à l'homme qui les a réunis pour le meilleur et pour le pire seront-ils capables d'oublier leurs différences le temps d'un toast en l'honneur de Deacon ?

Tout d'abord, je tiens une nouvelle fois à remercier la plate forme NetGalley et les éditions JC Lattés pour l'envoi de cet ebook. J'a voulu obtenir ce roman car j'avais déjà lu un ouvrage de l'auteur que j'avais bien aimé: Pied Nus.

J'ai donc démarré ma lecture en me disant que j'allais passer un bon moment et la couverture me laissait penser que ce roman était en plus approprié pour l'été. J'avoue avoir été déçue par ma lecture. Même si j'ai retrouvé la plume de l'auteur toujours aussi plaisante, je n'ai pas réussi à autant apprécier ma lecture que "Pieds Nus".

L'auteur nous présente un panel de personnages à très fortes personnalités. Ce melting pot m'a laissé perplexe. J'ai trouvé la situation bien trop tirée par les cheveux. Je peux comprendre qu'un homme puisse se retrouver à épouser et divorcer de plusieurs femmes mais là c'était trop. D'autant que le personnage à l'origine de tout cela n'a retenu aucune leçon à chacun de ses nouveaux unions.

Nous retrouvons dans ce roman une famille recomposée avec trois épouses différentes et qui doivent faire face au décès de Deacon qui a été pour chacune leur mari à un moment donné de leur vie. Elles se retrouvent réunies dans la maison secondaire afin de se recueillir une dernière fois pour répandre les cendres de Deacon dans la mer. Chacune des épouses est bouffée par la jalousie, par leur animosité bien ancrée et ne lâche absolument rien pour que les choses se passent bien. Même si le synopsis était clair à ce sujet, je m'attendais tout de même à plus de convivialité, plus d'empathie, plus de sentiments positifs. Je me suis retrouvée avec une famille déchirée et qui ne fait aucun effort pour que les sentiments humains soient plus faciles à supporter. 

Les tempéraments des différents personnages sont forts. J'aurais souhaité que leurs qualités ou défauts soient utilisés à bon escient et permettent une avancée positive mais ce ne fut pas le cas. Et puis, je n'ai pas aimé les retours en arrière pour les épouses. Ils ont bien sûr permis de comprendre leur relation avec Deacon mais il aurait été préférable de revenir sur ces souvenirs lors de conversations durant le présent.

Donc l'histoire m'a semblé compliquée, mal structurée. Dommage car le caractère des personnages semblait prometteurs.

Note: 13/20

 

Publié dans Elin Hildrebrand

Commenter cet article